Bernard Guevorts

Pourquoi ne détectons nous pas les menteurs facilement ?

Communication et non verbal
23 Janvier 2018
2

La plupart des gens ne détectent pas vraiment quand on leur ment. Pourtant les menteurs font des erreurs qui peuvent être détectées mais elles sont souvent ignorées.

Suivons Paul Ekman dans les explications données dans son article : Why Don’t We Catch Liars ? Social Research, Vol. 63, No. 3, 801-817 (Fall 1996)

Paul Ekman explique d’abord comment distinguer le mensonge des autres tromperies.

Le premier critère de mensonge est l’intention du menteur.

  • Le menteur choisit délibérément de tromper l’auditeur. En effet, certains peuvent dire des mensonges ou des choses incorrectes sans que ce soit intentionnel.
  • Le mensonge est par définition un choix. Nous pouvons tous mentir et nous le savons en général lorsque nous le faisons. Cela peut aussi devenir une habitude et donc cela peut se faire avec moins de considération encore.
  • Les cas pathologiques ne doivent pas être considérés comme menteurs.

Le second critère est le fait que l’interlocuteur n’est pas au courant des intentions du menteur.

Il semble que le mensonge est surtout détecté quand celui-ci est important dans la vie du menteur. En effet, dans ces cas-là, il y aura des émotions présentes, notamment la peur, … C’est ce qu’a étudié l’auteur.

La question reste donc : pourquoi de nombreuses personnes n’arrivent-elles pas à un taux de détection supérieur à la chance ?

Alors que les études montrent que des personnes entraînées et qui connaissent ce domaine peuvent avoir un taux de détection supérieur à 80 %.

  1. Nous ne sommes pas préparés par notre évolution historique (notre environnement ancestral) pour être des détecteurs de mensonges.
  • La vie en communauté a probablement évité la sélection des menteurs. La survie dépendait souvent du groupe.
  • Les mensonges sont parfois très sévèrement punis dans certaines sociétés.
  • Les mensonges sont probablement détectés par d’autres voies que l’observation des attitudes et postures.

Dans nos sociétés modernes, c’est tout le contraire. Tout pousse à mentir pour ne pas ternir sa réputation, son image, sa carrière… La manière de vivre est plus individualiste et privée ce qui empêche que les mensonges soient découverts trop facilement (adultère, etc.).

  1. Pourquoi n’apprenons-nous pas plus dans nos sociétés à détecter le mensonge ? Peut-être parce que les parents ne veulent pas apprendre aux enfants à reconnaître leurs propres mensonges.
  2. Peut-être aussi parce qu’une approche de confiance facilite plus la vie qu’une approche de suspicion. Si nous suspectons ou accusons tout le monde, cela ne facilite pas les contacts avec le groupe (attitude paranoïaque).
  3. Il semblerait que nous souhaitons le plus souvent être trompés. Nous préférons cela à la connaissance de la vérité ! La reconnaissance d’un mensonge nous met parfois en face de difficultés psychologiques. La vérité est parfois trop difficile à accepter ou à vivre, donc on « préfère » se laisse tromper.
  4. Rester poli dans nos contacts et ne pas essayer d’avoir des informations qui ne nous sont pas données volontairement (éducation et savoir-vivre).
  5. Une des raisons les plus importantes chez les policiers et le personnel de l’appareil judiciaire et de la justice, est le handicap de ne pas avoir une référence de base et aussi de recevoir un feedback inadéquat. En effet, ces personnes sont plutôt en contact avec une majorité de menteurs. Ce n’est donc pas facile d’être attentif à de petits changements indiquant le mensonge quand ceux-ci sont majoritaires dans leur quotidien. Le feedback correctif arrive trop tard (lors d’un jugement pénal) pour permettre un apprentissage de ce qui est, ou n’est pas, un mensonge.

Tout cela suggère que si des personnes vivent dans un environnement ou le taux de menteurs est de l’ordre de 50 % et qu’on leur donne un feedback correctif après chaque observation, il y a un apprentissage et donc une possibilité d’identifier le mensonge en fonction du non verbal du menteur.

Que nous apprend cet article ?

Il est donc important dans diverses professions où la communication est fondamentale de pouvoir reconnaître les signes de mensonges, et de décoder le non verbal. Un bon vendeur doit pouvoir décoder si son prospect le suit ou pas. Un recruteur doit détecter les signes de mensonge lors des interviews. Un manager sera aussi très avantagé s’il est capable de détecter les états émotionnels de ses collaborateurs.

Avec une approche théorique simple et un apprentissage pratique, il est assez facile d’apprendre rapidement à détecter des éléments de base : la personne est-elle dans le confort ou l’inconfort ? Est-elle ouverte ou fermée ?  Est-elle d’accord avec nous ou pas ? Etc.

Nous allons revenir sur différents éléments pour vous initier au décodage du langage non verbal et à la communication efficace. Cela vous permettra dans votre quotidien, avec quelques éléments de base, de renforcer votre communication avec vos interlocuteurs, et ainsi de gagner beaucoup de temps et d’efficacité. Et peut être vous aussi atteindre un taux de détection supérieur à 80 % !

Prochainement nous vous proposerons des formations en ligne et en présentiel.

A propos de l'auteur

Bernard Guévorts

Bernard Guévorts


Je m’appelle Bernard Guévorts, Je suis apporteur de confiance et éveilleur de leadership.

Je suis formateur depuis 23 ans, en relations interpersonnelles, leadership, relations clients, formation de formateurs…

Mon métier c’est de rendre les gens confiants ! Confiants pour leur permettre de développer au mieux leur potentiel et d’exercer leur influence. En particulier je forme les commerciaux, les managers et les dirigeants à développer et exprimer leur leadership.  

Je suis passionné par mon métier de formateur. Je ne suis pas un formateur qui fait du show. J’aide les personnes à se développer, et à devenir autonome…

Et je suis très heureux de pouvoir travailler avec vous sur cette plateforme.

.A bientôt

2 commentaires

@

Ces articles peuvent vous intéresser

Pour découvrir la communication non verbale

Les travaux de Merhabian (1971) ont bien montré que, dans la communication, ce qui va toucher l’auditoire, c’est d’abord le non verbal et le paraverbal (la voix). C’est ...

Lire la suite

Que nous révèlent les expressions faciales sur nos émotions ?

Communiquer, c’est transférer des émotions comme nous l’avons déjà vu dans d’autres articles. Il est donc important pour bien communiquer de tenir compte ...

Lire la suite

Les secrets de la communication impactante

La communication est au cœur de nos échanges professionnels et personnels. Lorsqu’elle est bien menée, elle permet d’atteindre les objectifs fixés tout en tenant...

Lire la suite

Comment reconnaître les expressions faciales des émotions

Nous avons vu dans d’autres articles précédents à quel point la communication non verbale était importante dans les relations interpersonnelles. Divers travaux montre...

Lire la suite

Les émotions en détail : la surprise

La surprise est une émotion très brève (moins d’une seconde) produite par quelque chose d’inattendu. Elle se caractérise par les yeux grands ouverts, sourcils r...

Lire la suite

Pourquoi il n’est pas facile de mimer les émotions et faire semblant

L’étude des émotions et leurs expressions, depuis Darwin (1872), ne cesse de connaître de nouvelles connaissances. Cela notamment par le développement des&nb...

Lire la suite

Comment la distance influence la communication

La notion de distance est importante en communication. Ne dit-on pas : « Ils sont trop loin l’un de l’autre pour se comprendre », « Ce sont des proches », &laq...

Lire la suite

Comment anticiper les conflits et les éviter

Les signes avant-coureurs de conflits A la source des conflits, il y a généralement une divergence de vue, un antagonisme entre deux personnes (ou deux groupes). Le vocabulaire est assez...

Lire la suite

Les émotions en détail : la joie

Après avoir découvert comment étudier et décrire les expressions faciales des émotions, nous allons nous attarder sur chacune des 7 émotions de base et ensuit...

Lire la suite

Les émotions en détail : la colère

La colère est en général très facile à repérer. Elle met en jeu un abaissement des sourcils du côté intérieur (AU4) et cela crée un...

Lire la suite
Voulez-vous être informé lors de la publication de nos articles ?